bienveillance

Bienveillance : Effet de Mode ou véritable Concept Éducatif ? 🔍

On me dit dans l’oreillette que la bienveillance a le vent en poupe ces derniers temps. 🧐 Les sites qui parlent du sujet pullulent sur le net et les familles qui l’ont déjà adoptée ne se comptent plus. Rassure-moi, ça te démange autant que moi de savoir pourquoi on parle autant de bienveillance dans l’éducation, non ? D’ailleurs, tu as forcément déjà entendu une personne dire que c’est une méthode trop laxiste… Que ses enfants manquaient de cadre par la suite… Enfin, tout ça pour dire au final que ça n’a pas fonctionné pour elle. Mais qu’en est-il réellement ? De quoi s’agit-il, comment l’appliquer avec des enfants et bien sûr, quelles sont les limites de la bienveillance… Je te révèle toutes les réponses (sans aucune cachotterie) dans cet article. 

Définition : Qu’est-ce qu’on qualifie de “bienveillance” ?

À l’origine, le mot “bienveillance” tient du latin “benevolens” composé de “bene”, le bien, et “volens”, la volonté. En d’autres termes, il s’agit d’une personne qui veut du bien. Voilà pour la petite partie étymologie. 🤓

Le truc, c’est qu’aujourd’hui la bienveillance est employée pour désigner toutes sortes de choses. Et ce qui paraît être une prédisposition naturelle pour certains, est vu comme un acte héroïque pour beaucoup. Inspirer la bienveillance est déjà associé au leadership. ^^

On pourrait donc dire que la bienveillance appartient à l’intelligence émotionnelle. Néanmoins, bien qu’elle ne soit pas innée, fort heureusement pour nous, c’est une valeur et un concept qui s’apprend. Et se transmet. 

Évolution de la bienveillance : de valeur humaine à méthode pédagogique 

Tu savais que les premières allusions à la bienveillance ont fait surface dès le XIIè siècle ? Bon au fil du temps, la réputation du terme a été quelque peu ternie. Et pour cause, il s’est créé une hiérarchie. Au lieu de rester une valeur qui s’applique réciproquement, elle est devenue une disposition qui s’applique d’une personne supérieure envers une personne inférieure. D’ailleurs, tu vas le constater durant plusieurs siècles. La bienveillance était devenue une option charitable. Un royaume qui préfère se montrer bienveillant envers un autre en évitant la guerre… Ou encore, un homme qui décide de fermer les yeux et de se montrer bienveillant envers sa femme (#sociétépatriarcale). Bref. Je pense qu’à cette époque les gens confondaient bienveillance et indulgence, ou même patience. Pas très cool. 😬

Ensuite, au cours du 20e siècle, elle passe ce cap pour devenir la valeur humaine que l’on connaît. Eh oui, une personne bienveillante faisait alors preuve de grandeur d’esprit. 

OK. Mais comment en est-on arrivé à intégrer la bienveillance dans la vie de tous les jours ?

Ce n’est qu’au cours des années 50 et 60 que la bienveillance met en lumière le vivre ensemble et donne aux relations une dimension nouvelle. À partir de là, on comprend que c’est une valeur qui doit être universelle et qui appelle au partage. Une personne bienveillante en amène une autre. 

👉 Question pour un champion : si on veut créer une société bienveillante, par quoi faudrait-il commencer ? Par l’éducation bien sûr.

On a enfin fini par intégrer que pour changer le monde actuel, c’est aux générations futures qu’il faut donner les clés. Ça mérite bien un petit hip hip hiiiiip ? Hourraaa !

La bienveillance… même pour les adultes ! 

Le concept s’est tellement répandu qu’on le voit même s’accaparer du monde du travail. En même temps, j’ai envie de dire, tu m’étonnes ! Il suffit de faire quelques recherches pour se rendre compte que les chiffres liés au chômage explosent. Les cas de dépression et de burn out avec pour cause le travail, ne manquent pas. Et la démotivation au travail est à son comble. 🙂

Le but d’appliquer la bienveillance au travail est d’en finir avec :

  • les patrons tyranniques ;
  • le stress à outrance ;
  • et les emplois du temps limite contre nature. 

Quand on sait que le mal-être peut pousser à commettre l’irréparable pour beaucoup, il était bien temps de faire bouger les choses. 

Le concept est simple : 

  • La position de patron est remplacée par celle de leader. La nuance est à saisir puisqu’un leader engage et ne soumet pas. 
  • Tout est fait pour créer un environnement de travail agréable dans lequel les employés se sentent épanouis. 
  • Ces derniers sont vus comme des collaborateurs qui donneront volontiers le meilleur de leurs compétences. 

Il est désormais un peu plus simple de comprendre comment la bienveillance s’applique dans l’éducation de l’enfant, non ? 

Hum, on reprend : 

  • La position de patron maman est remplacée par celle de leader parent éducateur. La nuance est à saisir puisqu’un leader éducateur crée l’engagement et ne soumet pas. 
  • Tout est fait pour créer un environnement de travail vie agréable dans lequel les employés enfants se sentent épanouis. 
  • Ces derniers sont vus comme des collaborateurs qui donneront volontiers le meilleur de leurs compétences. 

C’est mieux comme ça ? 😏

Place à la pratique : Comment appliquer le concept de bienveillance ? 

Pour pouvoir appliquer le concept de bienveillance, il faut commencer par faire la part des choses. Comprendre ce que la bienveillance est, et n’est pas, se révèle donc essentiel. 

La bienveillance, c’est… 

  • Prendre en compte les besoins et les capacités de chacun et leur associer des activités adaptées. 
  • Accepter les manques de l’autre et y voir une occasion de les travailler pour développer de nouvelles compétences
  • Récompenser l’effort en identifiant les axes de progression pour mieux faire la prochaine fois. 
  • Réfléchir à des solutions en fonction du stade de développement de l’enfant.
  • Apprendre le vivre ensemble et l’entraide entre les enfants.
  • Adopter une communication positive et respectueuse tout en restant honnête.
  • Accueillir tout type d’émotions, positives comme négatives, en apprenant à l’enfant comment les gérer plutôt que les réprimer.

…Ce n’est pas…

  • Créer l’anarchie et laisser chacun faire ce qu’il veut sans cadre. 
  • Mettre des étiquettes à un enfant parce qu’il n’a pas encore acquis certaines compétences. 
  • Récompenser la réussite et réprimander l’échec.
  • Traiter tous les enfants de la même façon sans prendre en considération les différences.
  • Séparer les enfants selon leur âge en encourageant la rivalité.
  • Être gentil par peur de blesser.
  • Partager la vision d’un monde de bisounours dans lequel seules les émotions positives ont leur place. 

Les objections : Pourquoi la bienveillance n’est-elle pas au goût de tout le monde ?

La première raison est tout simplement un manque d’information général. On associe automatiquement tous ces termes éducatifs à la tâta un peu bizarre, qui répète à longueur de journée les mêmes discours pédagogiques, comme un disque rayé. Sans compter que c’est souvent ceux qui n’ont pas d’enfants qui donnent des conseils à la pelle. Histoire de bien te faire culpabiliser. 😂

Non mais sérieusement, je pense que tu vois où je veux en venir. Très peu de personnes vont faire le pas de se former à ce type de concept, pour vraiment comprendre de quoi il en est. On va souvent se contenter de glaner quelques informations ici et là et de “tenter” de les appliquer à nos enfants sans grande conviction. Sans surprise, ça ne fonctionne pas et on rejette la faute sur la méthode. Alors que la vérité blessante, c’est qu’on a suivi aucun plan précis, aucune méthode pas à pas

La deuxième raison est que notre héritage éducatif est si ancré en nous qu’on a tendance à penser que c’est ce qui marche sans creuser plus profond. Mais qu’en est-il des dizaines de découvertes en neurosciences sur le développement de l’enfant et ses besoins ? Il faudrait faire un premier pas pour peser soi-même le pour et le contre sans se laisser influencer par des idées reçues

Enfin, je pense que la plus grande objection est de penser que la bienveillance est une sorte d’anti-dépresseur. Une petite pilule qui viendrait calmer les enfants ponctuellement, mais qui est loin d’être une solution durable. Tu sais ce qui pousse à penser ainsi ? Encore une fois, la désinformation. On pense qu’appliquer la bienveillance rime avec liberté démesurée. Alors que c’est tout le contraire. 

Ce qu’il faut en retenir 

Je ne suis pas là pour te vendre du rêve… Ce n’est pas parce que tu décides d’adopter ce concept avec tes enfants que tu verras disparaître miraculeusement tout désaccord. Ce n’est pas non plus une potion magique qui en ferait de parfaits petits enfants sages. Non. Envisager la bienveillance dans leur éducation, c’est accepter que ça ne fonctionne pas du premier coup. C’est aussi comprendre que c’est un travail de coopération entre toi et ton enfant, et comme toute relation de confiance mutuelle, elle mettra du temps à se construire. 

Mais comme on l’a vu plus tôt, la bienveillance est avant tout une valeur qu’il faut cultiver. 

Si la bienveillance te fait encore grincer des dents, il est certainement temps de te poser la question : qu’est-ce qui te fait si peur ? C’est sûr qu’un tel changement te fera perdre le fameux pouvoir d’obéissance. Tu auras aussi du mal à retrouver tes repères au début. Et peut-être même que tu seras partagée entre le monde éducatif que tu rêves de créer et celui que ton entourage renvoie. 

Tu veux un conseil de la bouche d’une amie sincère ? La bienveillance te poussera à l’introspection. Accepte-le et tu verras enfin l’épanouissement dans ton rôle et à travers les yeux de tes enfants. 

Alors dis-moi, t’es de la team bienveillance à 100%, ou tu n’arrives pas encore à l’intégrer au quotidien ? Quelles sont les difficultés que tu rencontres pour la mettre en place ? Tes réponses comptent beaucoup pour moi !

4 commentaires

  • Deverne

    Bonjour Lucie merci pour cet article, j’essaie d’instaurer la bienveillance au sein de ma famille que ce soit pour l’éducation de mon enfant de 4 ans ou bien même au sein de mon couple. Il es vrai que ce n’es pas toujours évident de garder patience quand un enfant pleure pck il ne veux pas se brosser les dents, ou bien pck tout ne va pas dans son sens. En ce moment mon fils est dans une période où il essaie de s’imposer, ou il nous partage son point de vue et c’est vrai que c’est difficile à gérer car quand il s’oppose je ne sais pas comment agir tout en restant bienveillante et patiente..

    • Oum Aya

      Coucou, Avec grand plaisir. Je suis ravie que l’article t’ai plu.
      Oh que oui c’est vraiment pas facile tous les jours surtout quand nous même sommes parfois fatigués 😫
      Force à nous 😘

  • OumJN

    Salam ahlikoum, effectivement j’essaie mais ce n’est pas toujours évident surtout quand tu as un 2 ans et demi qui devient grand frère et qui est en plein terrible two 😓 ça fait beaucoup et malheureusement au début tu prends sur toi mais a la fin garder patience devient compliqué…
    Il ne s’endort pas seul, mais depuis la grossesse se met à me taper quand j’essaie de l’endormir donc autant te dire que jai beaucoup de mal malgré les discussions… donc ma phrase fétiche « TOUT PASSE… » force a nous 💪

    • Oum Aya

      Alaykoum salam Oh la la Allah y sahhel c’est vraiment pas facile et je pense aussi qu’avec la grossesse ça a surement « emplifié » la chose. Essaye de prend du temps avec ton fils pour lui parler de ta grossesse. Je pense que ça vous fera du bien à tous les deux d’en parler et de vous retrouver 🥰

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.