Mum’Life : 3 Situations Courantes que tu Ferais Mieux de Maîtriser

Attends, quoi ? Tu n’avais pas lu les petites lettres au bas du contrat de parents ? Celles qui indiquent explicitement que le quotidien sera rythmées de joyeuses situations courantes (très) énervantes avec ton enfant. 🤣

Comme quand il refuse catégoriquement de s’habiller chaudement alors qu’il fait 0°C à l’extérieur.

Ou même quand il se fait une petite égratignure et qu’il pleure toutes les larmes de son corps – et que pleurer autant l’a sûrement fait souffrir plus que le bobo lui-même. 

 

Mais tu vois, en tant que maman, je n’ai pas envie de devoir marcher sur des œufs quand je parle à mes enfants. Tout ce que je recherche, c’est appliquer une éducation positive sans prise de tête pour garder une relation spontanée avec mon enfant.

Toi aussi ? Parfait. Dans ce cas, je suis sûre que ce mode d’emploi pour ces 3 situations courantes te sauvera la mise.

 

Situation #1 : Que faire quand mon enfant dit des gros mots 

Aïe aïe aïe. Voilà que de vilains mots sortent de la bouche de ton petit ange. Il faut avouer que tu t’attendais à tout sauf à ça. 

 

Mais comment expliquer à ton enfant qu’il ne doit pas dire de gros mots sans pour autant en faire tout un plat ? 

 

Et puis déjà, pourquoi est-ce qu’il s’est mis à dire ce genre de mots ?

 

Hummm, il y a deux possibilités. La plus probable est qu’il les a entendus quelque part. Eh oui, ton enfant ne va pas soudainement inventer ces gros mots (même s’il a beaucoup d’imagination). 

 

Ou alors, peut-être qu’il les dit justement parce qu’il sait qu’ils sont interdits et c’est donc une occasion rêvée d’attirer l’attention en provoquant des réprimandes (ou des rires). Dans ce cas, il ne sait probablement même pas ce que ce mot signifie et il ne comprendrait pas pourquoi tu te mets en colère.

 

Admettons qu’il a entendu quelqu’un prononcer ces gros mots. Tu le sais, ton enfant apprend énormément par imitation. Le souci, c’est que même si tu y fais très attention à la maison, il se pourrait qu’il entende un gros mot à la télé, chez ses grands-parents, dehors, ou même à l’école de la bouche d’autres enfants. 

 

Autant dire que c’est parfois inévitable, d’où l’intérêt de cet article. 

 

Ce qu’il faut (ou pas) faire 


Ce qui nous intéresse, c’est de savoir comment réagir quand ton enfant dit des gros mots : 

 

  • Il faut d’abord chercher à comprendre pourquoi ton enfant a dit ça. Est-ce qu’il a voulu transmettre sa frustration ou son émotion comme ça ? Est-ce qu’il veut « faire l’intéressant » ? Ou est-ce qu’il a découvert un nouveau mot et qu’il voulait le tester ?

 

  • Tu ne dois pas faire comme si de rien n’était, au risque de faire passer le gros mot en question pour une banalité. Selon la raison pour laquelle il a dit ce gros mot, il faudra aussi adapter ta réaction.

 

  • À l’inverse, ne réagis surtout pas dans l’excès : “haaaan on ne dit surtout pas ça ! C’est pas bien du tout ! C’est un gros mot !”. Malheureusement, cette réaction risque de montrer à ton enfant que c’est un bon moyen d’attirer ton attention. 

 

  • Au lieu de te mettre en colère, explique-lui plutôt que ce qu’il vient de dire peut blesser et qu’il y a d’autres façons d’exprimer l’émotion qu’il ressent. 

 

  • Reformule le gros mot de manière polie, ou mieux, remplace-le par un mot amusant : zut, purée de pomme de terre, saperlipopette…

 

  • Mettez en place des règles à la maison (que les adultes devront aussi respecter pour rester cohérent) et lorsque ton enfant dis un gros mot réponds simplement « utilise un mot plus gentil » ou « on n’utilise pas ce genre de mots » sans en faire des tonnes.

 

Comment l’éviter ? 

 

Comme on l’a vu, il sera difficile de ne pas rencontrer ce type de situations courantes avec ton enfant. Même en temps qu’adulte, il nous arrive parfois qu’un gros mot nous échappe. 

 

Le plus important est donc de s’excuser et de reformuler immédiatement lorsque ça arrive près de ton enfant. N’oublie pas, il apprend par imitation (le mauvais certes, mais aussi le bon 😂)

 

Situation #2 : Que faire quand un petit bobo se transforme en gros chagrin 

Parmi les situations courantes du quotidien de maman, je suis obligée de citer le fameux « petit bobo, gros chagrin ».

 

Aider son enfant à gérer une émotion qui l’envahit est déjà délicat. Mais alors, quand il s’agit de la douleur, il pourrait t’en faire voir de toutes les couleurs. 

 

Le pire, c’est qu’à en croire les cris et les grosses larmes, ton enfant semble souffrir le martyre. Pourtant, tu as été témoin de la chute et pour toi ce n’est qu’une mini égratignure. De toute évidence, ton enfant n’est pas du même avis. 🤣

 

Il faut bien comprendre que la douleur ressentie par ton enfant dans son esprit est si vive qu’on pourrait la comparer à une brûlure, ou une cassure pour un adulte. 

 

Je sais. Je sais. Dit comme ça, ça paraît abusé. Je vais t’expliquer pourquoi. 

 

Le cerveau de ton enfant se divise en deux parties : le cerveau gauche et le cerveau droit.

 

On attribue le cerveau gauche à la logique. Genre quand ton enfant te pose 36 questions par jour. 😩

 

Pour ce qui est du droit, il s’agit plutôt des émotions, soit tout ce que ton enfant « ressent » (câlin, bisous, caresse, bobo…). 

 

Maintenant, compliquons un peu les choses. Avant 3 ans, le cerveau droit (les émotions) est dominant chez l’enfant.

Concrètement, ça veut dire que quand ton enfant se fait un petit bobo, c’est son cerveau droit qui s’active. Il ne se pose aucune question sur le coup, il est seulement plongé au cœur d’une émotion.

 

Traduction : quand ton enfant se fait mal, il ne cherche pas à savoir s’il souffre un peu ou beaucoup, s’il saigne, si c’est vraiment grave… Tout ce qui compte pour lui, c’est ce qu’il ressent à l’instant T. 

 

Ce qu’il faut (ou pas) faire

 

  • La première chose à faire est de s’adresser d’abord à la partie du cerveau active : le cerveau droit. Et la meilleure option pour y arriver est d’utiliser un ingrédient secret… ✨ L’empathie ✨

 

  • Ta réaction doit être proportionnelle à la sienne, sans tenir compte de l’aspect « réflexion » qu’on vient de voir. Fais-lui un câlin, une caresse, apaise-le sans chercher à expliquer la chute ou poser des questions. C’est souvent la meilleure option pour cesser les pleurs. Tout simplement parce que le cerveau droit est basé sur ce qu’il « ressent » et qu’il aura reçu ce qu’il recherche. 

 

  • Ce n’est qu’après avoir fait ça, que tu peux t’adresser au cerveau gauche. Si tu le fais avant, ton enfant ne t’écoutera pas. Maintenant, tu peux mettre des mots sur ce qui vient de se passer pour lui montrer que tu comprends ce qu’il ressent : “Je pense que tu as eu vraiment mal. Est-ce que tu as eu peur aussi ? On pourrait mettre un joli pansement sur ton bobo pour que tu aies moins mal, tu m’aides à le choisir ?”.

Tu verras qu’en impliquant ton enfant, il pourra à nouveau entrer dans la phase de réflexion en activant son cerveau gauche. 

 

⚠️ Attention à la minimisation

 

Je sais que ça te démange de dire “oh c’est rien”, “c’est pas grave”, etc. Après tout, ce n’est qu’un petit bobo, mais abstiens-toi au risque d’aggraver la crise.

 

En disant à ton enfant “ça va, ce n’est qu’un petit bobo, ne pleure pas tu es grand”, devine à qui tu t’adresses ? Bingo. À son cerveau gauche. Et là, inutile de perdre ton souffle, il est sur messagerie. 🤣

 

En fait, en réagissant comme ça, tu dis à son cerveau droit “toi je t’ai pas causé, je me fiche de ce que tu ressens.”

 

C’est tout sauf ce que tu veux vraiment transmettre à ton enfant, n’est-ce pas ?

 

Situation #3 : Que faire quand mon enfant dit “non” à tout

 

Ahhh, les joies de la période du non. Si tu as déjà vécu cette période, tu sais exactement de quoi je parle. Pour les autres mamans, je vous souhaite de rester dans votre innocence. ^^

 

Mais ne rêvons pas. À la minute même où ton enfant découvrira la notion d’autonomie et commencera à construire sa personnalité (soit autour de 18 mois), il voudra tester ses propres limites (et tirer très fort sur les tiennes). 

 

Alors autant se préparer à cette période. Parce que oui, si tu apprends à bien la gérer, elle pourra passera en coup de vent. 

 

Ce qu’il faut (ou pas) faire

 

  • Il est primordial de respecter le “non” de ton enfant. Scoop : si tu t’offusques au moindre “non”, tu risques de compliquer la situation plus qu’autre chose. Il vaut mieux opter (encore une fois) pour l’empathie : “Oui, je comprends que tu souhaites encore jouer au parc, mais maman va être en retard.”

 

  • Sois flexible. Je sais qu’on a tendance à dire que telle chose est non négociable, mais c’est rarement le cas. Si tu t’enfonces dans une lutte de pouvoir avec ton enfant, ça sera la crise assurée à chaque requête de ta part. Essaye plutôt de réfléchir avec lui à des compromis. Et ça ne voudra pas dire que tu es faible ou qu’il a gagné. Tu es juste une maman compréhensive de la difficulté de la période qu’il traverse.

 

  • Fais attention à tes propres “non”. L’imitation, ça te dit quelque chose ? 😅 Quand on y pense, on le dit nous aussi très souvent : non ne touche pas à ça, non pose ça, non arrête…

 

  • Dès que c’est possible, transforme la situation en jeu : “le premier qui range tous les jouets a gagné”. Il est même possible d’utiliser ses jouets en guise de marionnettes. Bizarrement, ton enfant les écoutera volontiers cette fois-ci. 

 

  • Propose des choix : “tu veux mettre le manteau ou les chaussures en premier ?”

 

  • Essaye en posant des questions : “humm, dehors il fait chaud ou froid aujourd’hui ? Et quand il fait froid, on peut mettre quoi pour se réchauffer ?”. 

 

  • Explique les conséquences. Même si à tes yeux ça paraît évident de se couvrir pour sortir, ça ne l’est pas systématiquement pour ton enfant. Alors on n’hésite pas à expliquer qu’en sortant en robe en hiver on risque d’être malade et de devoir aller chez le médecin.

 

Je sais que la période du « non » est aussi difficile pour ton enfant que pour toi. Mais tiens bon, comme son nom l’indique, ce n’est qu’une « période » parmi son développement. Alors ne culpabilise pas si tu n’arrives pas toujours à suivre ces conseils à la lettre. Notre humeur, l’environnement et même la fatigue jouent un rôle crucial sur notre capacité à être bienveillante. Commence donc par l’être envers toi-même. ❤️

 

Très important  

 

Quand ton enfant se met à dire “non” à tout, c’est très souvent quand tu lui dis qu’une action va se passer dans l’immédiat. Pour lui, c’est comme si tu lui imposes cette action alors qu’il est dans son monde (exemple : il faut se brosser les dents, se coucher, mettre ton manteau…).

Néanmoins, ton enfant a besoin d’un laps de temps entre le moment où tu dis l’action et celui où il l’exécute. 

Oui, voilà. Le temps que tes mots montent l’escalier jusqu’au cerveau. 

Prends-le en compte pour la prochaine fois que tu veux qu’il fasse quelque chose en le prévenant à l’avance.

 

Oups. J’oubliais l’essentiel. On utilise généralement une valeur de temps pour indiquer à l’enfant quand doit se passer l’action (“dans 5 minutes on va au lit”). Mais ton enfant n’a pas encore la notion du temps.

 

Quand tu lui dis que dans 5 minutes il va aller se coucher, il ne visualise pas le temps que ça représente. Utilise un minuteur visuel, ou un sablier pour l’aider à se repérer dans le temps.

 

Ou alors, propose-lui des exemples concrets à ses yeux : “on termine cette activité et on lit l’histoire du soir pour dormir”.

En parlant d’histoire du soir, basculer sur une routine déjà en place évitera que ton enfant se braque et se lance dans une nouvelle crise. Et accessoirement, tu l’aideras à se calmer s’il est trop surexcité. 

 

Mais sinon chez toi, comment réagis-tu face à ces situations ? Donne-nous tes meilleures astuces en commentaires !

 

PS : Tu imagines bien qu’il y a encore un bon stock de situations courantes à passer en revue. D’ailleurs, si tu en as en tête, ou que tu es face à une situation en particulier en ce moment, la parole est à toi. Je prendrai toutes tes suggestions pour écrire une suite à cette article. ❤️

6 commentaires

  • Audrey

    Voilà tout ce dont j’aurais eu besoin pour me rassurer pour mon aînée quand il y a eu des crises mais malgré tout j’appliquais déjà quelques unes des méthodes décrites … j’espère faire encore + pour sa sœur … merci pour ces précieux rappels et conseils

    • Oum Aya

      Ravie que cet article t’apporte du réconfort, c’est l’essentiel. De toute façon, on n’a pas fini d’en voir des crises, n’est-ce pas ? 😅

    • Marind

      Salam aleykoum Merci beaucoup pour ses précieux conseils sa m’aurait bien servie pour mon ainé un petit conseil supplémentaire dans cette période « terrible Two » parfois l’enfant vas faire une crise car cela ne s’est pas déroulé comme il le voulait du coup il veut refaire la scène et tant qu’il refera pas ce sera la crise tout les pleurs de son corps lol donc beaucoup de patience les supers mamans bon courage à toutes moi je suis en pleins dedans avec ma deuxième

      • Oum Aya

        Wa aleyki salam, merci à toi. On se fait souvent cette remarque quand on a passé l’aîné et qu’on a appris plein de choses en route. ^^ C’est vrai, à ce moment là c’est la frustration de l’enfant qui parle. Le souci, c’est qu’on ne sait pas forcément pourquoi il pleure en réalité, alors tu fais bien de partager ton expérience ici. 😍 Bon courage à nous toutes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.