7 astuces pour aider son enfant à maîtriser sa colère

7 Clés pour aider son enfant à maîtriser sa colère

Ou comment dire adieu aux crises de ton petit monstre 😈

Ta maison est si retournée qu’on croirait qu’un tsunami est passé par là ? Manque de bol, le tsunami a même un joli prénom. Bienvenue dans la team des mamans dépassées par leur enfant ! 😂 Alors voici le tableau… Il est 18h36 et tu dois préparer le repas pour toutes les bouches à nourrir.  Bien sûr, c’est le timing parfait pour que ta petite veuille de l’attention et que ton grand te demande de lui lire une histoire. En voyant que tu ne peux pas t’occuper de lui, c’est le top départ pour une crise monstre. Et puis il y a toi. Toi qui as 36 autres choses à faire, entre le linge et la vaisselle. Et patienter face à ce qui t’a tout l’air d’un caprice ne fait clairement pas partie de la liste. Ah et de l’autre côté, il y a moi qui te confie que la colère est un sentiment si puissant chez le jeune enfant qu’il ne sait ni la contrôler ni la surmonter. Sachant cela, que dirais-tu de 7 astuces Montessori pour aider son enfant à maîtriser sa colère

1 – La bouteille de retour au calme

Impossible de te parler de colère sans citer la célèbre bouteille de retour au calme

La recette de base est plutôt simple : une petite bouteille (les Monts Roucous sont idéales), de l’eau et des paillettes. Tu peux ensuite la remixer comme bon te semble en remplaçant les paillettes par du sable, ou même des petits objets (lettres, boutons, confettis, perles d’eau…).

Attention : si l’enfant est petit, pense bien à mettre un point de colle sur le bouchon de la bouteille pour qu’il ne puisse pas l’ouvrir. 

Les avantages de cette méthode sont nombreux : 

  • Tu peux fabriquer ta propre bouteille de retour au calme avec ton enfant (une idée d’activité Montessori cadeau ^^) ;
  • Il est possible de l’utiliser quand l’enfant n’est encore qu’un bébé ;
  • Elle est à la fois un support et un divertissement pour l’enfant.

Du coup, j’ai presque envie de te demander ce qui t’empêche encore d’adopter cette petite astuce pour calmer la colère de ton enfant

2 – La carte des émotions 

Comme je te le disais plus haut, le véritable problème c’est que ton enfant ne sait pas comment reconnaître la colère. Logiquement, il peut encore moins la maîtriser s’il ne sait même pas contre quoi il se bat.

Dans cette optique, il est essentiel de mettre des mots sur les différentes émotions qu’il ressent tout au long de la journée. Le but étant qu’il comprenne qu’on ne rejette pas son ressentiment, mais qu’il existe une bonne façon de montrer ses émotions. Que taper, ou crier ne sont pas des réactions dans son intérêt, et ce, même s’il se sent traversé par une vague de colère. 

Pour cela, les cartes des émotions sont un bon support pédagogique. On peut encore une fois trouver un tuto pour les fabriquer soi-même, ou les acheter toutes faites. 

Dès que ton enfant se sentira dépassé par sa colère, il est important de lui expliquer ce qu’il ressent avec des mots comme : “Je comprends ce que tu ressens, tu es en colère parce que ton frère a cassé ton jouet préféré. Tu as le droit de te sentir ainsi.”

Vous pouvez ensuite réfléchir ensemble à une solution pour dépasser le problème et lui faire comprendre que la colère n’est qu’un sentiment passager. 

Ah et j’oubliais. Quand tu es toi-même en colère, tu peux très bien lui expliquer à ton tour ce que tu ressens. Eh oui, maîtriser sa colère est aussi une affaire de grands ! 

3 – La méditation 

De plus en plus de structures Montessori tendent à utiliser la méditation pour calmer les enfants. Et je trouve le concept vraiment intéressant quand on sait que c’est aussi une bonne façon de combler l’ennui des plus petits. Surtout quand on sait que l’ennui est aussi formateur que l’activité. 

💡 : Si tu as un bébé à la maison et que tu ne sais pas quoi faire pour l’occuper, jette un œil à cet article !

À ton tour, tu peux aussi expliquer à ton enfant à quoi sert la méditation et comment il peut s’en servir. Pour apaiser sa colère, se recentrer sur soi et  créer sa propre bulle de sérénité, la méditation sera son meilleur atout.

4 – Les exercices de respiration 

Il n’y a qu’à voir ce que quelques profondes respirations peuvent faire face au stress. De la même façon, la colère peut être apaisée en apprenant à travailler sa respiration

Dès que ton enfant saura reconnaître les premiers signes d’une colère, il pourra utiliser les exercices de respiration pour se calmer afin de t’expliquer le problème. 

Effectivement, tu n’auras plus besoin de déchiffrer ce qu’il se passe entre les larmes et les reniflements. 😂

5 – La lecture 

La lecture nous permet de nous évader, d’oublier totalement le monde qui nous entoure. Apprendre à ton enfant à profiter des avantages de la lecture pour l’aider à maîtriser sa colère est le mieux que tu puisses faire pour lui. S’il sait déjà lire, propose-lui de choisir l’histoire qui lui fait envie pour un rapide retour au calme.

Si ce n’est pas encore son cas, tu peux toujours lui demander s’il souhaite que tu lui racontes une histoire pour se calmer ensemble. C’est l’occasion parfaite pour passer un bon moment blotti dans les bras de maman et écouter le son reposant de sa voix. 🥰

6 – Un gros câlin pour apaiser tous les maux

Qui a dit que l’amour ne peut tout apaiser ? Certainement pas moi. 😁

Pour aider son enfant à maîtriser sa colère, je pense que le soutenir est la première des étapes. Oui parce que lui crier dessus à ton tour pour qu’il se taise n’est pas ta seule option. ^^ 

Mais je compatis. À l’instant T, nous avons nous-même du mal à gérer notre propre colère pour pouvoir réfléchir à une alternative. 

Alors je te souffle la solution : un gros câlin. Tout simplement. 

Explique-lui que lorsqu’il est en colère, tu ne lui refuseras jamais un câlin. Il sera tout de suite plus confiant et pourra se confier sur ce qu’il ressent. 

7 – Taper dans un coussin 

Pour ce qui est de se défouler, ça marche à coup sûr. Tu peux par exemple lui dire qu’il n’a pas le droit de taper ses frères/sœurs, mais que si ça peut le calmer, il a le droit de taper dans un coussin. Il est important de proposer une solution à l’enfant quand on souhaite qu’il ne fasse pas quelque chose : 

  • “Tu peux mettre ces cailloux dans ta poche plutôt que de les jeter” ;
  • “Je pense que tu peux dessiner sur cette feuille plutôt que sur le mur” ;
  • “Tu peux manger cette pomme, c’est meilleur que la pâte à modeler”. 😅

Enfin, je suppose que tu as compris le principe. 

Alors à ton clavier, quelle est ta meilleure astuce pour aider ton enfant à maîtriser sa colère ? Je suis persuadée que tu es de bon conseil !

4 commentaires

  • Amel

    Bonjour,

    Je trouve votre article très intéressant. Cela rejoint La Discipline Positive qui s’appuie sur les travaux d’Alfred Adler et Rudolf Dreikurs. Toujours être dans l’encouragement, aider l’enfant à être plus responsable en réparant ses erreurs, être empathique vis à vis de l’émotion que l’enfant ressent, être bienveillant tout en étant ferme, en identifiant au préalable pourquoi l’enfant est en crise (accaparer l’attention, prendre le pouvoir, prendre une revanche, faible confiance en soi).

    Merci également pour vos partages.

    • Oum Aya

      Coucou Amel,
      Exactement je trouve super intéressant les travaux d’Alfred Adler et Rudolf Dreikurs 👌🏻
      Avec plaisir je suis ravie que mes partages vous plaise ❤️

  • OumHasna

    Salam

    Quand mon 4ème était plus petit, il faisait des boules de colère.
    Je lui donnais une feuille ( déjà utilisée c est plus écolo mdr ) il la froissait en mettant toute sa colère dedans puis il la lancait loin.
    Ca marchait bien avec lui.

    • Oum Aya

      Alaykoum salam, Ah super idée 👌🏻 je me la garde de côté pour ma petite dernière pour qui les colères sont assez difficiles à gérer. Merci ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.