7 clés pour devenir un parent plus patient

7 Clés pour Devenir un Parent plus Patient 

 

Ou l’Article que tu as VRAIMENT besoin de lire. 

 

Devenir un parent plus patient, c’est loin d’être du pipi de chat.

Est-ce que ça signifie que je déclare officiellement l’heure des confessions de mamans ouverte ? Oui, je pense que oui.

On a TOUTES connu les vilaines colères, la phase du “NON” à tout va, ou les crises interstellaires parce que la sauce a touché les frites. 🤣

 

Et on est toutes d’accord pour dire que ces comportements nous rendent folles. Sans compter qu’ils compliquent pas mal l’éducation. 


Surtout quand tes enfants choisissent de te faire monter la moutarde au nez pile quand tu es épuisée, que tu as passé une longue journée de travail ou que tu as le moral dans les chaussettes. 

 

Garder son calme dans ces moments-là est très difficile. Mais pas impossible. 

 

Tu imagines bien que c’est là que j’interviens. 🙃

 

Voici quelques-uns de mes meilleurs conseils pour devenir un parent plus patient – quand tout semble s’écrouler autour de toi. 

 

Note à toi-même : ils ne le font pas exprès. 

 

Je sais, je sais. On est tellement révoltées quand on voit que nos enfants ne nous témoignent aucune compassion qu’on pense direct qu’ils font exprès de mal se comporter. 

 

Et devine quoi… 🥁… C’est FAUX. Tadam. 

 

Malgré ce que tu pourrais en penser, ton enfant ne cherche pas intentionnellement à t’énerver (même si ça marche super bien comme technique 😅). 

 

Alors, même si ton premier réflexe est de PÉTER UN PLOMB ET D’AVOIR ENVIE DE TOUT CASSER – respire un bon coup et prends une minute pour te rappeler de ce petit détail fort important. 


Tu pourras réévaluer la situation et réaliser que la cause de la crise est plus profonde que de simplement t’agacer. 

 

Ahhhhh, ça fait du bien. 

 

Le comportement de ton enfant est tout ce qu’il y a de plus normal. 

Pour un enfant, j’entends. 😂 

 

Donc non, il n’est pas désagréable et mal élevé. Et non, tu n’as pas reçu un lot défectueux ou un spécimen rare.

Je te rassure, tous les enfants ont leur phase et le tien fait tout ce qu’on attend d’un enfant qui ne sait pas comment exprimer ses émotions. 

Bon, quand les crises arrivent en public, c’est un chouia plus compliqué à gérer. Mais cet article est fait pour ça.

 

En partant de ce constat, tu ne peux pas attendre de ton enfant qu’il se comporte comme un petit ange et qu’il soit sage comme une image. 

 

Dans les faits, ça sera même rarement le cas – et presque toujours quand tu t’y attends le moins. 

 

La plupart des comportements de ton enfant que tu n’apprécies pas fait partie intégrante de son développement et de ses apprentissages.

⚠️ Attention, ça ne veut pas dire que tu doives laisser passer un mauvais comportement de sa part. 

 

Néanmoins, si tu prends en main la situation avec une attitude calme (parce que soyons honnêtes, tu ne peux pas calmer ton enfant si tu ne l’es pas toi-même 🤣) tu arriveras à résoudre ce type de situations beaucoup plus rapidement. 

 

Parle avec lui, pas à lui. 

 

Oh que oui, ça change la donne. 

 

Même si tu bouillonnes d’envie de faire la leçon à ton enfant, ne le fais pas. 

 

Par pitié.

Rappelle-toi seulement de ta position à toi quand tes parents le faisaient. Ou quand ils se plaignaient que tu ne ranges pas ta chambre et que tu ne fais pas la vaisselle….

 

Tu pensais “grrrrr s’ils ne m’avaient pas parlé sur ce ton, je l’aurais sûrement fait” et là, t’as plus du tout envie de faire quoi que ce soit.

Je me trompe ? 

 

Ça fonctionne aussi avec ton enfant. Quand tu t’adresses à lui, mets-toi à sa hauteur, regarde-le dans les yeux et explique-lui pourquoi il devrait faire telle ou telle chose.

 

Ne fais pas l’erreur de jouer la carte de l’autorité, même si ça nous démange. 

 

Votre lien est spécial et c’est ce type d’interaction qui contribuera à en prendre soin pour développer son autonomie. 

 

C’est plus facile à dire qu’à faire, je te l’accorde. Mais devenir un parent plus patient, ça s’apprend. 😉

 

Prends du temps pour toi. 

 

Comment veux-tu ne pas être sur les nerfs si tu prends soin de t’occuper des attentes de tout le monde, sauf TOI. 

 

Si tu vois que tu commences à te transformer en boule de nerfs, arrête tout et fais une pause.

Pour toi. Pour ta santé. Pour ton équilibre mental. 

 

Parce que oui, tes enfants vont encore renverser du jus sur le sol que tu viens de nettoyer. Salir ton beau tapis que tu chéris. Et jeter des objets pas très nets dans la cuvette de tes toilettes.

Alors autant être préparée mentalemennt à affronter les joies de la parentalité. 😇 

 

Prends quelques instants pour te détacher de la situation, reprendre tes esprits et inspirer profondément pour balayer le stress. 

 

(Et au pire, tu peux aussi lui demander de réparer sa bêtise pendant que tu prends une petite douche bien chaude de la détente qui tue. 😍)

 

Clarifie tes attentes.

 

Ton enfant ne peut pas deviner ce que tu as en tête (ni ton mari d’ailleurs 🤣). Alors sois claire et concise.

 

Décris précisément ce que tu souhaites, d’une manière simple et adaptée à l’âge de ton enfant. 

 

Je te dis ça parce que je sais qu’on a cette fâcheuse tendance à penser que la personne en face a compris ce qu’on veut dire par là. Mais non. 

 

Plus tu vas t’entraîner à énoncer tes attentes simplement et plus ton stress sera maintenu à son minimum et ta patience restera (espérons-le) intacte.

 

Change d’angle. 

 

Se mettre à la place de l’autre demande beaucoup d’empathie et ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple à faire.

Eh oh, j’ai jamais dit que ces 7 clés pour devenir un parent plus patient allaient être du gâteau. 

 

Non vraiment, quand tu sens que tu arrives à court de patience, prends un moment pour rassembler tes pensées et te mettre dans la tête de ton enfant.

Je ne dis pas que les raisons de sa colère seront logiques (qui s’énerve parce que le ketchup a touché ses frites ?!), mais tu comprendras par exemple que ton enfant est dans la période sensible de l’ordre et qu’il a besoin que tout soit comme il en a l’habitude. 

 

Et oui, ça aide de savoir les détecter. Je t’apprends comment dans ma formation Montessori 0-3 ans

 

Pense à ce que ton comportement dit de toi. 

 

Quel parent veux-tu être pour ton enfant ? Si tu réagis comme ton premier réflexe, qu’est-ce que ton enfant pensera de toi ? Est-ce que ça colle avec l’image de l’éducation que tu veux transmettre à ton enfant ? 

 

Si ta réponse est non, tu sais ce qu’il te reste à faire. 

 

Pense à chaque situation dans laquelle tu as crié alors que tu aurais pu régler ça autrement. Aux fois où ton enfant demandait ta présence et que tu étais trop épuisée pour donner de ta personne. 

 

Tu ne dois pas t’en souvenir pour culpabiliser de ton comportement, parce que ces moments de fracture nous arrivent à toutes. 

 

En revanche, tu dois te rappeler que les enfants sont des éponges et qu’ils absorbent nos qualités et nos pires défauts.

 

Crier, perdre ton sang-froid, claquer la porte conduira probablement à ce que ton enfant fasse exactement la même chose en retour. 

 

Alors keep calm, même si c’est très (très) difficile à appliquer quand tu es un dommage collatéral des crises de ton enfant. 

 

Et sinon, comment décrirais-tu ta patience avec ton enfant ? Tu es plutôt la maman super calme et à l’écoute, ou pas du tout ?

Tu sais quoi ? Partage cet article à une maman qui aurait vraiment besoin de le lire. 🥰

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.