Tout ce que tu dois savoir sur le Terrible Two.

Terrible Two : Tout ce que Tu Dois Savoir pour Éviter le Cauchemar 

Pssst, je te révèle aussi 9 conseils pour gérer le Terrible Two d’une main de fer dans un gant de velours…

 

 

Terrible quoi ? 

 

Ouais, tu en as peut-être entendu parler autrement, comme la crise des 2 ans. Mais le résultat est le même, ton enfant est ingérable. 

 

Et il te le fait bien savoir. Entre cette nouvelle manie de dire NON à tout ce que tu lui demandes… Sa tendance à balancer toutes sortes d’objets pour se détendre… Et je ne parle même pas des crises hystériques quand il se roule par terre, tape et parfois mord.

Punaise. Tu as l’impression de rêver. Bon, pour le coup, c’est plutôt un cauchemar. Ce qui est sûr, c’est que tu aimerais enfin retrouver l’enfant tout mimi que tu as mis au monde. 

 

Tiens, prends ce grand verre d’eau. Euh… Et un mouchoir aussi pour sécher ces larmes.

Promis, cette situation sera bientôt loin derrière toi…

 

Pourquoi cette réputation de “terrible” two ?

 

La petite explication

 

Les parents qui sont déjà passés par là, savent exactement pourquoi on l’appelle comme ça. 😂

 

Pour les autres, c’est parce que durant cette période l’enfant traverse différentes étapes clés de son développement. Entre 1 an et 3 ans, il acquiert des compétences intellectuelles, mais aussi physiques :

  • Marcher
  • Parler
  • Avoir son propre avis
  • Découvrir ses émotions
  • Et les partager. 

 

Sauf que… Eh bien, disons que ça ne se fait pas toujours dans la joie et la bonne humeur. Pourtant, tu t’es bien préparée à l’arrivée de cet enfant

 

D’un autre côté, ton enfant est curieux et veut tout explorer. Et… Faire ce qu’il veut, où et quand il le souhaite.

Effectivement. Ça complique un peu les choses. Il veut découvrir le monde et forger son esprit critique.

Le souci, c’est que face à tout ce développement, il n’a pas encore acquis toutes ses capacités physiques, émotionnelles et verbales.

*Boom* Tout ceci crée un profond sentiment de frustration lorsqu’il n’arrive pas à faire ou exprimer, ce qu’il avait prévu. 

 

Quelques exemples de situations pendant le Terrible Two

 

Pour que tu vois bien de quoi je parle, voici quelques exemple de situations typiques qui frustrent un enfant pendant le Terrible Two : 

 

  • Ton enfant ne trouvera probablement pas les bons mots pour t’indiquer clairement ce qu’il veut. 

 

  • Il n’aura sûrement pas la patience d’attendre que tu sois disponible.

 

  • Ou alors, il se pourrait qu’il surestime sa coordination œil-main au parc et qu’il n’arrive pas à attraper le ballon que tu lui as lancé. Même s’il y a mis tout son cœur. 

 

Est-ce que le Terrible Two concerne tous les enfants ? 

 

La bonne nouvelle avec le terrible two, c’est qu’il se pointe quand ça le chante. Tiens, pour la fourchette, c’est entre 18 mois et 3 ans qu’une très grande majorité des jeunes enfants passent ce cap. Même si ça s’appelle le terrible « two ».

En tout cas, en occident. Oui, parce qu’apparemment il existe certaines attentes sociétales sur le comportement des enfants par ici. 😂

 

Comme on l’a vu, c’est la période pendant laquelle l’enfant découvre son indépendance et son estime de soi. Traduction : tu devrais te faire à l’idée dès maintenant que son point de vue ne correspondra pas vraaaaiment au tien. 

 

Mais il y a quand même une exception. Et là, en tant que parent qui veut éviter ce cauchemar, tu ferais mieux de prêter l’oreille à ce qui suit. 

 

On remarque que certains enfants ne vivent pas un Terrible Two aussi renversant que les autres. 

 

Il s’agit de ceux qui ont développé des compétences en langages plus avancées. Ce qui joue un rôle crucial pour les aider à communiquer clairement et donc faire une queue de poisson à la frustration. 

 

Comment savoir si ton enfant est en plein dans la crise des deux ans ? 

 

Je pense qu’à ce stade, il sera difficile de faire un mauvais diagnostic si ton enfant est en plein Terrible Two. Mais sait-on jamais, voyons ensemble quelques signes qui ne trompent pas.

 

Les crises de colère

 

De ce côté-là, ça va des pleurnicheries – la routine – aux crises d’hystérie totale. Ah et, en plus des cris et pleurs, ton enfant peut : 

  • taper 
  • mettre des coups de pieds
  • mordre 
  • et même lancer des choses. 

 

Bref. L’ambiance quoi. 🤣

 

L’opposition 

 

Je pense que c’est une des phases du Terrible Two qui est la plus difficile à gérer pour le parent. On est face à un enfant qui a acquis de nouvelles compétences et qui veut les tester.

Sauf qu’il se dit : “Tiens, maman fera un très bon défouloir.” ^^ 

 

En fait, ton enfant va commencer à s’opposer à des situations qu’il avait pourtant l’habitude de faire sans broncher. Genre tu vas lui dire que c’est l’heure de dormir, il va dire NON. Même chose quand tu lui demandes de te tenir la main pour traverser la route. Et… Aussi quand tu voudras l’aider à s’habiller. 

 

Il sera constamment dans l’objection et je sais que ça peut vite te faire perdre tes moyens. 

 

Mais plus ton enfant commence à développer son autonomie et plus il voudra faire de choses par lui-même. Là où ça cloche, c’est quand il n’y arrive pas ET qu’il ne veut pas que tu l’aides. Bonjour la frustration. 

 

Il se pourrait bien qu’il revienne vers toi pour te demander l’aide qu’il t’a refusée. Ou qu’il te sollicite pour des actions qu’il faisait avant en parfaite autonomie. *Grrrr*

 

Les sautes d’humeur 

 

Ah, j’en n’avais pas parlé ? Bon, bah maintenant tu sais. 

 

Un coup, il sera joyeux et tout câlin. 🥰 

 

Et la minute suivante, il se mettra à crier et pleurer comme l’enfant le plus malheureux sur Terre. 😭

 

Bon, avant que tu lui sortes un diagnostic de bipolarité, sache que c’est tout à fait normal. Disons simplement que c’est le résultat de sa frustration quand il veut faire les choses seul sans les compétences nécessaires. 

 

À quel moment demander de l’aide ?

 

Les signes qui ne trompent pas… 

 

Lorsque tu sens que le comportement de ton enfant commence à devenir ingérable pour toi… 

 

Et que la moindre opposition de plus risque de te faire perdre les pédales, 


Humm, ça ressemble au moment parfait pour demander de l’aide.

 

… Pendant une situation que je ne connais que trop bien

 

Quand on est une maman, exposée au Terrible Two au quotidien pendant plusieurs semaines… On finit par ne plus en voir le bout.

 

Si tu en arrives là, il y a de fortes chances pour que tu perdes ta bienveillance et que tu oublies toutes les bonnes résolutions que tu avais prises. 

 

Et je comprends, c’est vraiment une situation déstabilisante. Surtout si tu ne connais pas le Terrible Two, qui fait partie des périodes sensibles (très sensibles) de l’enfant. Parce que quand tu ne sais pas de quoi il s’agit, tu sais encore moins comment réagir et y faire face.

Sans surprise, tu perds tes moyens et tu finis par te remettre en question. Comme si le comportement de ton enfant avait quelque chose à avoir avec toi. Au final, tu penses que tu as dû rater une pièce du puzzle dans son éducation. 

 

Tu veux que je te dise ? 

 

Deux choses. Premièrement, le seul truc que t’as dû oublier dans l’histoire, c’est de te renseigner sur les signes qui évoquent une période sensible. Maintenant que tu as lu cet article, tu as un petit aperçu de ce que représente le Terrible Two. 

 

Deuxièmement, ce n’est pas toi le problème. Ni ton enfant. Après tout, on ne peut pas lui en vouloir pour un comportement normal à son âge. 

 

Non. Le vrai problème est beaucoup plus simple que ça.

On ne t’a juste pas appris à gérer ce type de situation.

Personne n’y est naturellement préparé. 

 

C’est pourquoi j’ai voulu mettre à ta disposition un cours entier sur la gestion des émotions dans ma Formation Montessori 0-3 ans.

Si tu veux t’en sortir, tu dois savoir quand dire stop…

 

9 Conseils pour Gérer le Terrible Two que tu Dois Immédiatement Noter

 

Pour aider ton enfant à traverser cette période sensible, tu devrais suivre les conseils suivants : 

 

  1. Evite les situations susceptibles de déclencher une crise. Comme dépasser son heure de coucher, ou sortir faire des courses alors qu’il a faim.
  2. S’il est dans l’opposition, ou vraiment désagréable, ne le punis pas et évite de crier. Résiste et repense à l’éducation que tu veux créer avec lui 🥰
  3. Félicite ton enfant quand il fait ce que tu attends de lui. Et si tu vois qu’il fait tout le contraire, l’ignorer est parfois la meilleure option pour que ça passe plus vite.
  4. En pleine crise, fais diversion. Crois-moi, ça marche presque à tous les coups 👌🏻
  5. Sois brève et apporte une explication simple. Avant de traverser, dis-lui qu’il doit te tenir la main parce que tu as peur qu’une voiture lui fasse du mal.
  6. Laisse-lui le choix : tu veux le pantalon bleu ou le rouge ? Il se sentira responsable de faire LE choix qu’il souhaite et toi tu seras contente car il sera habillé 💪🏻
  7. Ne perds pas de vue l’importance de l’environnement préparé. À toi d’assurer sa sécurité en retirant tout ce qui doit l’être.
  8. Ne cède pas face à une crise, fixe-toi des limites et reste cohérente. Si ton enfant te fait une scène parce que tu lui refuses le jouet Buzz L’éclair, rappelle-toi que tu ne seras pas la seule maman à abandonner un article dans un rayon au hasard. 😂
  9. Garde ton calme et ton sang-froid. Il absorbe tout ton stress et te le renvoie en crise. Prends de profondes inspirations pour réévaluer la situation dans sa globalité et agir au mieux.

Ce que tu dois en retenir

Je terminerai cet article en te rappelant que ce que tu fais, tu le fais de ton mieux. C’est ça être maman, tu te donnes à 1000% pour ton enfant. Tu es parfaite comme ça, malgré toutes les difficultés qui te font perdre confiance en toi. 

 

Mais dis-moi, tu as déjà eu affaire au Terrible Two ? Ou tu penses avoir reconnu les signes chez ton enfant en ce moment même ? Partage-moi ton expérience en commentaires. 

 

PS : Je déclare les inscriptions pour la Formation Montessori 0-3 ans officiellement ouvertes. Si tu veux accompagner ton enfant pendant les années les plus importantes de sa vie, c’est le moment ou jamais. Et si tu es enceinte et que cet article t’a hérissé les poils, il est peut-être temps de songer à te former pour apprendre à gérer tout ça. 

 

25 commentaires

  • Mahfoud

    Salam alaykoum Lucie merci pour cet article, dans la théorie ça a l’air d’être simple, ce sont des choses qu’on essaie de mettre en place ici mais rien ne fonctionne à part quand je crie malheureusement mais je ne veux pas faire planer cette ambiance à la maison. Un exemple manfille ne veut pas se coucher à l’heure à laquelle elle se couchait habituellement à savoir 21h je n’ai pas craquer refais le rituel histoire etc ça n’a pas fonctionné elle hurlait et a réveillé mon bébé😓 ensuite je l’ai prise dans le salon voilà elle a gagnée

    • Oum Aya

      Wa aleyki salam, c’est vrai c’est toujours plus simple la théorie, mais dans les faits on doit aussi apprendre à rester bienveillante même quand on est au plus mal nous aussi… 🥺 Pendant cette période où le coucher est difficile pour elle, essaye de la border jusqu’à se qu’elle s’endorme si tu le peux (en gardant ton bébé au sein par exemple). Je pense qu’elle te sollicite aussi beaucoup avec la présence du bébé, ça doit créer une certaine jalousie et le fait que tu lui cries dessus ne fera qu’appuyer ce qu’elle pense malheureusement. Qu’Allah te facilite je sais que ce n’est pas facile. Et encore plus quand tu es entourée et que tu sens les regards de jugement des gens alors que tous les enfants passent par là… Ne te culpabilise pas, tu verras quand cette période passera tu seras fière et tout ça sera loin derrière. ❤️

    • Camille

      Je suis en plein dedans avec ma fille de 18 mois. Une semaine que ça dure. Je ne la reconnais plus. Je ne me reconnais plus. Quand elle est comme ça et que je sature, je passe le relais au papa. Mais ça tombe mal car on voulait commencer le sevrage.. Mais là c’est impossible déjà que de base elle était réfractaire.
      Merci pour cet article je vais tester tes tips.

      • Oum Aya

        Je comprends, ce type de périodes sensibles nous fait perdre tous nos repères. On doit juste garder en tête que c’est compliqué pour le parent autant que pour l’enfant… Tu fais bien de passer le relais quand tu satures, il faut savoir dire stop et improviser quand ça ne marche pas. Après, il est possible que le sevrage l’angoisse aussi. Essaye d’y aller doucement pour ne pas brusquer ses habitudes et empirer son Terrible Two. J’espère que ces conseils pourront t’aider à passer cette étape. 😘

  • Isma

    Très bon article !
    Les tips que j’utilise depuis ses 18 mois pour gérer les crises ! Et 18 mois sa première phase d’opposition a disparu en une semaine grâce à ces techniques. Pas toujours évident à appliquer en fonction de notre état à nous mais bon on fait de notre mieux 😉

    • Oum Aya

      Merci pour ton retour 😘 Oui c’est vrai moi aussi j’ai remarqué que plus on essaye de gérer ça en s’opposant à notre tour et plus cette période dure longtemps. On doit apprendre à lâcher prise et ignorer certains comportements. Et comme tu as dit, il y a des jours avec et des jours sans pour nous aussi, alors l’essentiel c’est de faire de notre mieux pour nos enfants.

      • Kristell

        Merci pour cet article. Formée montessori, je comprends et adopte tous ces tips. Mais au quotidien, ce n’est pas toujours facile. La patience!! Avec ma fille, ma meilleure méthode était de ne jamais croer ou utiliser le « NON! » Et du coup, les rares fois où je le faisais, c’était hyper efficace! Je ne pas vraiment dire que cette période a été difficile avec elle. Mais mon fils 🙈 je suis en plein dedans et à la recherche de petits trucs en plus qui pourront m’aider!!! Disons qu’il s’affirme…
        Mais mon gros problème:
        changer la couche est soudainement devenu très difficile, il hurlait et donnait des gros coups de pieds à chaque fois. J’ai donc décidé d’enlever la couche (17 mois). Avec ma fille, même scénario, 10 jours après elle était propre nuit et jour. Mais avec mon fils, nous sommes à la 5eme semaine, et il comprend très très bien, se retient, en « parle », mais REFUSE de faire dans le pot, les toilettes… j’ai essayé tellement de choses… montrer l’exemple, parler, jouer, lire, laisser le choix pot/toilette, nud/culotte, conversation ou pas…
        Je deviens épuisée moralement et physiquement par son entêtement.
        Chaque enfant est différent, chaque parent gère différemment. Mais je prends tous les conseils pour voir si je peux les adapter à notre situation !!
        Merci ☺️

  • Françoise

    Quel bonheur et quel enrichissement de pouvoir vivre et accompagner toutes les étapes de construction de nos enfants
    Perso j’ai adoré ma vie de maman , faites de doute, de remise en question, mais au final profitons de ce que la vie nous offre de plus merveilleux 💖💖

    • Oum Aya

      Totalement d’accord avec toi et je le vois avec Aya maintenant qu’elle a grandit, il y a des moments où je suis nostalgique. J’ai l’impression que c’est passé trop vite. 🥺 Toutes les difficultés de l’éducation passent et on oublie tout au final, c’est là toute la beauté de la vie de maman. ❤️

  • Reve

    Bonjour,
    Merci pour cet article, je les lis toujours régulièrement mais je crois que ce sera mon premier commentaire (youpi!)

    Ici je n’ai pas vu venir le truc parce que ça a coincidé avec la découverte de ma grossesse, j’ai donc évidemment cru que Petitboy était difficile à cause de ça. Il parle très peu, ce qui n’a pas aidé à déméler les choses. Et moi fatigue + émotions à fleur de peau j’ai crié pour la première fois (bon je reste indulgente avec moi-même, 1x en deux ans et quelques mois, ça reste pas mal). Mon mari aussi a perdu patience. Heureusement il vient d’une famille où on ne tape ni ne punit donc aucun dérapage mais des menaces et des mots durs.
    Finalement on a vu passer des articles sur le sujet, on a pu prendre du recul et se dire que c’était dur pour lui aussi cette periode. Et on a tenté une vraie conversation autour d’un gouter. SURPRISE : notre fils qui parle très peu a su nous dire plein plein de choses avec un mélange de mots et de signes, et nous posions des questions simples pour l’aider à préciser.
    Nous avons ainsi découvert que les accidents de pipi qui arrivaient quotidiennement après une longue période de continence le rendaient « content » . On a cherché à savoir et en fait il s’agissait de prendre sa décision et pas de suivre la notre (l’adulte dit que les pipis se font dans le pot ou sur les wc). Beaucoup d’autres choses ont pu être clarifiées. Mon mari et moi avons adapté notre façon d’agir :
    – ton idée des questions « tu veux faire pipi plutôt sur le pot ou sur les wc? » « tu veux aller faire les courses en marchant ou dans la poussette? » etc
    – Fini les réactions extremes à ses « bêtises », on rappelle la règle et il participe à nettoyer ou ranger, par contre renforcement positif des bonnes actions…
    – Surtout le calme! Plus on s’énervait, plus la crise empirait et donc on s’enervait d’être démunis et dépassés.

    Nous voyons déjà un résultat (en quelques jours).

    • Oum Aya

      Coucou, et bah écoute je suis ravie de ton commentaires, surtout qu’il aidera sûrement de nombreuses autres mamans. 😍 C’est vrai que c’est dur de réaliser qu’on est en plein dans le terrible two – surtout parce qu’il n’y a pas de période précise définie. Mais à part ça, crier une seule fois en 2 ans, t’es géniale comme maman. ^^ L’essentiel comme tu as dit c’est de se rendre compte de notre erreur et de chercher les ressources pour arranger ça. De toute façon, on n’a pas le choix, c’est une période sensible inévitable. Et plus on sera dans l’opposition et plus elle va traîner. Alors tu as très bien réagi !

  • Kass

    Merci infiniment de partager tout ce savoir et surtout de nous donner des solutions.
    Juste j aimerais savoir ou comprendre, ma fille a bientôt 3 ans et un tempérament de feu elle peut rentrer dans des crises d hysteries profondes lorsque on est en opposition mais quand vous dites d ignorer. Que peut on répondre à son conjoint ou autre personne qui nous dirait qu on peut pas passer un tel comportement ? Quand elle me regarde droit dans les yeux et me provoque en faisant exactement la chose que je lui dit de ne pas faire ou qu elle me tape que dois je faire ?

    • Cerise

      Bonjour je me permets d’essayer de vous fournir une réponse. C’est vrai que c’est très déconcertant par moment l’attitude de nos enfants. Leur souhait n’est pas de nous défier ni de nous provoquer. Il veulent tester ce qu’une action a comme effet. Il s’agirait plutôt de détourner l’attention de votre fille lorsqu’elle attend de vous une réaction. Mais auparavant il faudrait voir ce qui déclenche son attitude ( ennuie , faim ,fatigue, besoin de bouger, vous n’étiez pas disponible pour elle a ce moment…..les raisons sont multiples mais il y en a une). Ensuite essayer de verbaliser ce que vous avez pu observer exemple je vois que tu avais envie de jeter tout les livres donc si tu veux nous allons aller dehors tu pourras jeter des cailloux ( bon je sais mon exemple est nul 🤣🤣) mais c’est pour dire qu’il faut comprendre ce que votre fille veut lorsqu’elle recherche votre attention. Il s’agit de détourner sa colère en proposant autre chose et ce n’est pas ignorer mais éviter le clash systématique et à mon avis le calme reviendra entre vous votre fille et l’entourage
      Bon courage être parents c’est ce réinventer chaque jour

      • Kass

        Merci pour ton commentaire
        Analyser l élément déclencheur je le fais généralement mais ce que j aimerais savoir c est quoi répondre à son partenaire qui n ai pas au même point de bienveillance que toi et qui pour lui des crises pareilles si on la reprend pas quand elle tape ou a table on moment où on lui dit de se tenir bien elle se tourne et fais tout l inverse de ce qu on lui demande va devenir de pire en pire si on laisse faire. Comment est ce que je peux lui expliquer
        Et que faites vous quand votre enfant vous tape ou vous provoque consciemment ? Les tempêtes émotionnelles et les émotions je les gère très bien mais ses provocations j y arrive pas
        Quand je parle de provocation c est par exemple : il y a une chose qu elle faisait tout le temps et que je lui ai demandé de ne plus faire car c était pas joli ( tirer la langue en soufflant) elle ne le fait plus jamais du tout à part quand on rentre en conflit elle me regarde et le fait donc c est de la provocation et face à ça je ne sais quoi faire.

        • cerise

          J’ai laissé un commentaire suite à ton dernier message mais oups il s’est glissé parmi les messages standarts et non à répondre à Kass

    • Sonia

      Bonsoir @kass,
      Je comprends tout à fait ma fille de 3ans et demi est pareil.
      Un caractere fort, qui part au 1/4 de tour et peut entrer en état d’hysterie.
      C’est vraiment difficile à gérer parfois et je vous avoue autant des fois j’arrive à prendre sur moi, mettre en place le systeme de respiration pour me calmer et la calmer, mais parfois on est depassé et on perd malheureusement patience.
      Il est vrai que le mieux est vraiment « d’ignorer » meme si cela est difficile mais en general ca marche et l’enfant « revient » plus calme car a pu extérioriser son mal-être. Concernant les gens et autres proches qui se permettent de donner des commentaires, je vous conseille (si je peux me permettre) de les ignorer car ils ne vivent pas avec votre fille, ne la connaissent pas autant que vous.
      Dans ces moments, on a tendance a beaucoup se remettre en question et se demander ce qu’on a mal fait, mais n’oublions pas que nous faisons notre mieux et que pour votre fille quoi qu’il en soit vous êtes la meilleure maman ❤ bon courage à vous aussi.

    • Oum Aya

      Coucou, je suis contente que l’article te plaise et c’est vraiment un plaisir de vous partager le peu de connaissances que j’ai. ❤️ Les autres mamans ont très bien répondu. Quand je vois le soutien qu’on peut s’apporter les unes les autres, je ne regrette pas du tout d’avoir crée un blog pour toutes les mamans.

      C’est vrai que quand ce n’est pas nous le problème, c’est un choc d’éducation avec son propre conjoint. Ce qui, en soi, est déjà une situation délicate. Je pense que s’il l’entend de ta bouche il n’en tiendra pas spécialement rigueur. Essaye de lui envoyer des articles de professionnels de la santé sur le développement de l’enfant à cet âge, sur les progrès de la neuroscience… Vous pouvez même assister à des ateliers Montessori ensemble, dis-lui que ça te ferait vraiment plaisir qu’il t’y accompagne. Après tout, vous êtes deux parents.

      Et puis garde en tête que chaque personne avance à son rythme, ce qui est évident pour toi aujourd’hui ne l’est pas toujours pour quelqu’un d’autre.

      Ensuite, pour ce qui est du comportement de ta fille, dans un premier temps on explique que ça ne se fait pas, qu’au lieu de faire X chose, il vaut mieux faire X. Si ça ne marche pas, on tente d’attirer son attention ailleurs quand elle fait ça (ce qui généralement marche assez bien). Enfin, on ignore parce que parfois c’est le mieux à faire. Quand je dis ignorer, c’est quand tu vois qu’elle te tire la langue volontairement, n’y prête pas attention. Bien sûr, on n’ignore pas quand un enfant est violent par exemple.

      Un enfant qui veut attirer l’attention se dit qu’il vaut mieux attirer l’attention d’un adulte agacé que rien du tout. Montre-lui que vous pouvez faire plein de choses pour passer du temps ensemble et vous amuser sans prise de tête. ❤️

  • Safaa

    Salam wa alaykoum / Bonjour à toutes,
    L’article me rassure et me fait peur en même temps…
    Cela fait maintenant quelques semaines que je ne reconnais plus ma fille.
    Parfois elle est adorable, ce qui la rend trop mimi. Parfois, elle me rend la vie infernable et je me dis pourquoi moi? hihi

    Cela commence dès le réveil. Madame ne veut pas s’habiller donc elle pleure. Puis après de multiples tentatives elle se laisse enfin faire. (Elle n’a que 2 ans donc elle ne sait pas encore s’habiller toute seule). Entre le stress pour se dépêcher et ne pas arriver en retard au boulot, le stress de ne pas réveiller le papa qui dort quand je l’habille, je suis sous tension. Donc un simple NON de ma fille pour quoi que ce soit peut me faire partir en vrille.
    Jusqu’a chez les nourrice le soir, madame ne veut pas rentrer donc elle fait tourner en bourique…

    Ce qui me rend encore plus dingue c’est que j’ai l’impression que c’est qu’avec moi qu’elle est comme ça. Avec son père elle est plus docile . Pourtant je reste sur une même ligne de conduite depuis sa naissance. Quand je dis NON c’est ferme et définitif (on me dit parfois que je suis un peu trop rigide 🙁

    Par exemple, une fois ma fille a pleuré pour ne pas aller à la sieste (cela reste très rare car c’est une grande dormeuse lol) . Avec moi, rien ne l’a calmé. Ni calin, ni menace, ni la laisser pleurer dans la chambre. Après 5 min de pleure, le papa débarque dans la chambre avec les gros yeux et ma fille arrête de pleurer et « accepte » la sieste sans broncher.

    Alors est-ce possible que le Terrible Two ne soit vécu que par 1 parent ?!…Parce que j’ai vraiment l’impression de vivre toute seule ce dur moment.

    Par contre dans tout ce « malheur », je sais que ma fille adore les activités, faire des jeux, lire des livres (avec maman)…etc. On peut rester très longtemps à ne faire que ça. Ce qui me va très bien parce que je passe du temps avec ma fille sans crise. MAIS (parce qu’il y a toujours un « MAIS »), comment trouver du temps aux activités quand on rentre du boulot à 18h et qu’on doit préparer le dîner, faire les machines, ranger ce qu’on a laissé en pagaille le matin et que le papa ne rentre qu’à 19h…

    Je ne cherche pas des réponses à toutes mes questions, je voulais juste partager l’expérience que je vis actuellement. Les nerfs sont à rudes épreuves pour tout le monde. j’espère juste que ses longues semaines seront bientôt derrière nous.

    Courage à toutes ❤❤

    • Oum Aya

      Wa aleyki salam, tu sais ton témoignage m’a rappelé un livre, Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent (si je ne me trompe pas). Tu devrais le lire. Il explique bien pourquoi l’enfant est souvent plus difficile avec un parent ou une personne plus qu’une autre.

      En fait, un enfant qui fait une crise décharge les émotions qu’il a accumulées au cours de la journée. Sauf qu’il ne fait pas cette crise à n’importe qui. Seulement à une personne en qui il a pleinement confiance. Genre « je peux décharger tout ça devant maman, elle m’acceptera comme je suis », alors que devant la maîtresse, la nounou etc je dois rester sage. Tu vois ce que je veux dire ? Elle essaye de te dire quelque chose en se comportant comme ça, et très souvent ce n’est rien de plus que « maman, je veux que tu fasses attention à moi ».

      Bien sûr, je sais qu’on a 273 choses à faire en 24h et qu’une journée ne suffit pas. Surtout que tu es fatiguée quand tu rentres du travail. Alors sache que tu n’as pas besoin de faire une activité particulière à ta fille. Elle a 2 ans donc elle peut t’imiter dans les tâches que tu dois faire le soir, comme vider le lave linge en mettant les habits dans le panier ou le remplir une fois que tu lui as fait un tas d’habits triés par couleurs. Tous ces moments aussi seront des activités à partager ensemble sans que tu n’aies à culpabiliser de ne pas avoir assez de temps pour elle.

      Qu’Allah te facilite, ce n’est pas facile le quotidien d’une maman. Mais tout ça passera si vite que tu ne verras même pas à quel point les années sont passées. ❤️

      • SAFAA

        Amiin. Merci beaucoup pour ta réponse.
        Je vais lire le livre que tu m’as conseillé. Il a l’air intéressant.
        Mon mari me dit aussi qu’elle fait ça avec moi parce qu’elle a un trop plein d’émotions et qu’elle se libère le soir.
        Je vais appliquer tes conseils pour qu’elle m’aide dans le quotidien.
        C’est vrai qu’on veut tellement que notre enfant « soit le meilleur » que parfois on se met une pression monstre pour le stimuler du matin au soir.En tout cas c’est mon cas …
        Mais, te lire m’as mis du baume coeur et me permets de relativiser sur certaine chose ❤❤

  • cerise

    C’est vrai qu’être en harmonie dans le couple concernant l’éducation n’est pas toujours simple. Tu peux peut etre expliquer que votre fille grandi et que vous devez trouver d’autres pistes puisque vous essayez en ce moment semble attirer les crises alors que c’est justement ce que vous voulez stopper. Ta fille a t’elle un changement de rytme depuis peu ( école , arrivée d’un BB , déménagement , violence autour d’elle , abus d’écran ???) Il faut arriver à discuter avec ton mari entre vous et mettre en place d’autres pistes en disant c’est un essai sur quelques semaines . Il est compliqué de mettre en place une relation de confiance avec son enfant quand on rentre dans le conflit car en fait elle ne comprends pas trop est dépassée et persiste en voulant voir ce qui se passe comme si elle cherchait le chemin en étant persuadé d’avoir pris la bonne route et idem pour vous en tant que parents, il faut donc arriver à ce remettre sur la bonne route car malhauerusement elle risque d’aller toujours plus loin dans sa frustration et la situation se dégrade.
    Agir avec bienveillance ne veut pas dire qu’il faut tout accepter. Taper fait parti des choses non négociable. Tu te met à sa hauteur tu lui parle en face et lui explique que c’est interdit que toi même en tant qu’adulte tu ne le fait pas. Propose lui un retour au calme avec un jeu ,une histoire, un calin ou alors un espace ou elle pourra taper dans son cousin ou un truc de ce genre. Si elle insiste trop tu t’éloigne d’elle et tu lui fait comprendre que tu viendra vers elle si elle adapte son attitude.
    Lorsqu’elle soufle en face de toi fait pareil et dit ben tient puisque tu as besoin se soufler viens faire des bulles ou soufle dans ce verre d’eau avec cette paille. Je pense qu’inconsciemment elle cherche maladroitement à garder le contact avec toi car elle voit bien que tu réagit (juste il faut casser ce code de communication)
    Ceci n’est que mon avis et ne tient pas bien sure de valeur éducative stricte. Je te fais confiance pour trouver ce qui vous conviendra à tous Les enfants sont très eveillés et les normes ne sont pas necessairement ce que nous avons pu avoir comme code , il faut se réinventer

  • Tania B.

    Excellent article qui tombe à pique! Merci Lucie. Tu as le don de nous rassurer et de nous donner de superbes conseils. On se sent moins dépassé par les évènements et en plus on en ressort avec pleins d’astuces pratiques! Ta formation, ton blog: c’est une petite pépite!

  • Esra Altindag

    Bonjour Lucie,

    Merci beaucoup pour toute cette mine d’information. Je n’ai pas fait face à cette situation mais dans pas longtemps ca sera sans doute mon tour. J’aurai à l’esprit (grâce à toi), qu’il s’agit uniquement d’une étape transitoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.